Proposition de loi : Faire de l’école un modèle écologique

28 avril 2020

L’environnement est une préoccupation croissante de ces dernières décennies et majeure pour un bon nombre de Français. D’après un sondage IFOP paru en février 2020, plus d’un Français sur trois (36 %) considère qu’il revient aux citoyens d’agir efficacement pour l’environnement.

Ces résultats traduisent à la fois un désir, celui de respecter la nature et de produire des politiques publiques respectueuses de l’environnement, mais aussi un échec, celui des acteurs locaux et des collectivités pour prendre à leur compte la problématique environnementale et proposer des solutions durables et responsables.

Les jeunes générations sont l’avenir de notre pays. Rétablir un lien entre les acteurs de proximité et leurs préoccupations est primordial pour renforcer la crédibilité et la confiance des acteurs politiques avec les citoyens. D’autant plus que la faillite de l’État dans ce domaine fait courir aux citoyens un grand risque.

Laisser de tels sujets à l’abandon revient à laisser aux entreprises privées le soin de fournir les réponses et les solutions que les Français attendent. L’environnement ne peut définitivement pas être un domaine délaissé par la puissance publique. C’est l’objectif de cette proposition de loi.

La France doit dès à présent prendre des mesures fortes pour inscrire dans la durée des fonctionnements durables. Tri, recyclage ou encore maitrise de la consommation d’eau, autant de mesures que les Français doivent prendre l’habitude d’appliquer.

Inculquer des habitudes civiques peut et doit se faire dès le plus jeune âge. Et c’est à l’école que la République doit former ses citoyens aux réflexes respectueux de l’environnement.

De nombreuses initiatives ont déjà été prises dans de nombreux établissements, notamment à l’école d’Isola 2000. Sensibilisés aux enjeux environnementaux, les élèves ont mis en place, grâce à l’investissement des enseignants, des bonnes pratiques qui doivent nous inspirer. Savon écologique, utilisation de papiers recyclés, installation d’un composteur pour les déchets des cantines, toutes ces mesures permettent d’habituer les enfants aux gestes respectueux de l’environnement.

Si beaucoup de communes ont d’ores et déjà mis en place le tri des déchets, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le compostage de proximité, nous pouvons aller plus loin en rendant obligatoires ces mesures dans chaque établissement scolaire.

Plus de 12 millions d’élèves fréquentent les établissements scolaires français, de la maternelle jusqu’au lycée. Si le tri sélectif était rendu obligatoire au sein de ces derniers, ce serait plus de 8 400 tonnes de papier et 12 000 tonnes d’emballage plastique qui pourraient être triées.

La plupart des déchets produits à l’école sont recyclables. Tous les jours, des tonnes de papiers, cartons et plastiques sont jetées sur l’ensemble du réseau des établissements scolaires, sans être spécifiquement séparées des autres déchets.

La lutte contre le gaspillage alimentaire est un autre volet important en matière de sensibilisation au respect de l’environnement. L’article L. 312‑17‑3 du code de l’éducation oblige le personnel à informer et éduquer les élèves à l’alimentation et à la lutte contre le gaspillage alimentaire, mais il n’impose pas aux cantines de ces établissements des mesures concrètes de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Les élèves de l’école d’Isola 2000 qui ont participé à la rédaction de cette proposition de loi sont inquiets.

Inquiets de devoir chaque année ramasser des déchets, inquiets de voir les montagnes de déchets accumulés chaque semaine à l’école, ou chez eux, inquiets de savoir que ces emballages en plastique, s’ils ne sont pas ramassés, vont souvent poursuivre leur route jusqu’à la mer.

Ces inquiétudes sont partagées par l’ensemble des élèves et il est de notre responsabilité de les rassurer.

Plus d’articles