Projet de loi antiterrorisme : une volonté trop peu affirmée d’armer nos forces de l’ordre.

5 octobre 2017

Ce texte tant attendu par les Français et par les familles endeuillées pour lesquelles je me bats au quotidien, n’est pas à la hauteur de la menace terroriste durable et quotidienne que nous connaissons aujourd’hui. J’aurais souhaité un projet de loi plus étoffé, comme vous pouvez le lire dans le Nice Matin d’aujourd’hui.

Lors de l’examen du texte, j’ai présenté une vingtaine d’amendements, s’inspirant de demandes relayées par les élus locaux, les forces de l’ordre et les familles de victimes.

Je regrette que les élus locaux, pourtant au cœur des dispositifs de tranquillité publique, n’aient pas été associés à ce texte, tout comme ne l’ont pas été nos forces de sécurité, les associations, ou encore les agents publics. Je regrette également que le recours à la reconnaissance faciale, dont le Ministre de l’Intérieur a pourtant reconnu l’utilité, n’ait pas été intégré à ce projet de loi.

Je continuerai de défendre des propositions sensées, afin d’adapter le droit français à cette menace.

Plus d’articles